Concertation Rennes 2030 : faire respirer le cœur de Rennes !

Logement et urbanisme
visitation
(J.Mignot)

La concertation sur l’avenir du cœur de ville qui s’est tenue à l’automne, a mis en évidence de nombreuses attentes quant à l’évolution du centre-ville, avec un mot d’ordre général : faites respirer le cœur de ville ! Du renforcement de la présence de l’eau à la mise en valeur du patrimoine, en passant par la végétalisation et l’animation du centre, tour d’horizon des constats, des idées et des souhaits exprimés par les Rennais.e.s…

1 742 réponses au questionnaire, 131 contributions sur la boîte à idées, 729 idées déposées, 115 micro-trottoirs, plus de 700 participants au week-end eau et nature et plus de 5 000 participants au week-end en mode zen : la concertation autour de l’avenir du cœur de ville menée dans le cadre de Rennes 21030 a généré un vaste et inédit débat  sur l’avenir du centre de Rennes. Et le moins que l’on puisse écrire est que les Rennais se sont saisis de l’occasion pour contribuer à dessiner le futur de « leur » cœur de ville, en exprimant tout d’abord un attachement à un centre jugé par une très large majorité (83 à 88% des participants) agréable, ouvert, convivial,  à taille humaine, où il est agréable de flâner et de se retrouver. Parmi les atouts exprimés , la variation des formes urbaines du cœur de Rennes : le centre ancien, les ruelles, les maisons à pan de bois, Odorico, la Mairie, l’Opéra, le Parlement, les Champs Libres, EuroRennes, l’immeuble Jean Nouvel... 

C’est  un vrai plaisir de déambuler dans la ville parce qu’on a des paysages et des ambiances très différents…

portes mordelaises

Mais les Rennais ont également exprimé la fait que la nature y est encore trop « contenue » et confidentielle et propose trop peu d’endroits où se poser et se détendre. La présence de l’eau est également jugée trop peu valorisée, les difficultés d'accès en voiture (aux heures de pointe et week-end) restent un point sensible. 
 

Les Rennais veulent moins de voitures en centre-ville

« Moins de voitures en centre-ville », « plus de place pour les piétons et les vélos », « réduire les conflits d’usages entre les différents modes de déplacement, entre les vélos et les bus notamment », et à la condition de « garder un cœur de ville accessible », sont autant de souhaits fortement exprimés par les Rennais.e.s, qui proposent : 

  • de renforcer  l’offre en transports en commun 
  • de renforcer les facilités de déplacements multimodaux grâce au numérique 
  • d’optimiser et de développer l’offre de stationnement en indiquant mieux les parkings souterrains et en développant les parkings périphériques. 
     

Il faut mettre en place plus de solutions alternatives en périphérie toute proche de l’hypercentre pour aider à venir, parce que ce sont les 500 derniers mètres qui posent problème

voiture

77% des personnes consultées souhaitent limiter l'usage de la voiture en centre-ville

DES PROJETS VONT CHANGER NOS DÉPLACEMENTS

Fin 2020, la deuxième ligne de métro rentrera en service avec l’ouverture de 4 stations de métro en centre-ville : Saint-Germain, Sainte-Anne, Colombier et Jules Ferry. Conjointement au métro, l’offre de stationnement se développe en périphérie avec 3 nouveaux parkings relais (Gayeulles, Mermoz, Via Silva) et l’extension de celui de la Poterie. Ceci correspond à la création de plus de 2400 places de stationnement. L’offre de stationnement se développe aussi en cœur de ville, avec la création d’un parking public au sein de l’Hôtel-Dieu d’environ 300 places. Les mobilités douces prennent de l’ampleur avec l’aménagement du réseau express vélo, dont le compteur place de Bretagne témoigne du succès.

vélo
(J.Mignot)

A lire sur ces sujets

Les Rennais veulent plus de nature en ville

Une forte attente s’est exprimée pour « végétaliser les espaces publics », avec des plantations en pleine terre, pour « se poser », « se détendre », « trouver des endroits de fraîcheur dans le centre-ville » et profiter d’un centre-ville moins pollué. Pourquoi ne pas végétaliser la place Commeurec, ou même le parking Vilaine (voir notre article « Rennes veut reconquérir ses places ») ? Un grand nombre demande également de réaménager la place Saint-Melaine, devant l’entrée du parc, pour en faire « une allée végétalisée jusqu’au Thabor »

parc saint cyr
Le parc Saint-Cyr (Julien Mignot)

Les participants souhaiteraient également pouvoir réaménager les berges de l’Ille, un lieu « qu’on traverse, mais pas un lieu où on déambule, on flâne… » ; un lieu où « la végétation a un fort potentiel mais n’est pas valorisée ». Ils proposent donc d’y « développer des aménagements pour profiter des bords de l’eau », de « réaménager les liaisons piétonnes de la place de Bretagne jusqu’aux Prairies SaintMartin », de « revaloriser le port au niveau de l’auberge de jeunesse »…

nature

81% des Rennais.e.s réclament plus de nature en ville

DES PROJETS QUI VONT APPORTER PLUS DE NATURE

L’aménagement de grandes pelouses au-dessus de la nouvelle gare commence, le square Claude Ligot au pied de l’église du vieux Saint-Etienne est réaménagé, le parc des Prairies Saint-Martin sera terminé en 2021. Des projets font d’ores et déjà la part belle à la nature en cœur de ville, comme la création d’une promenade le long des jardins des remparts. La reconquête de la Vilaine initiée par le jardin de la Confluence va se poursuivre par le kiosque des frères Bouroullec, le réaménagement de la fontaine Maginot et ses terrasses au bord de l’eau, les plages de Baud, et bientôt des activités sur les péniches... Reste la question de la présence de l’eau pour créer des lieux de fraîcheur, à laquelle la future fontaine de la place Saint-Germain va commencer à répondre.

A lire aussi sur ces sujets

Les Rennais veulent un centre-ville ambitieux, dynamique et attractif…

… mais à trois conditions :

  • Que le centre-ville reste accessible et ouvert à tous (usagers, riverains, habitants des quartiers, métropolitains et professionnels..), qu’il soit bien à la fois le « quartier de TOUS les Rennais », mais aussi un « quartier habité » et le « cœur de Métropole » 
  • Que le centre-ville conserve son ADN : un centre-ville « animé », « convivial », « dynamique », « ouvert d’esprit », « chaleureux ». Le centre ne doit pas devenir « un centre-ville musée », aseptisé, lisse… mais un centre-ville préservant sa mixité, vivant, habité, actif et animé, tout en veillant attentivement à la réduction des incivilités. 
  • Qu’il affirme son identité et renforce ses marqueurs identitaires (caractérisation des places, œuvres d’art, renforcement des pôles - de bouche par ex.). Que chaque place ait une identité propre renforçant l’identité de la ville dans son ensemble (voir notre article « Rennes veut reconquérir ses places »).
     
palais du commerce
(J. Mignot)

DES PROJETS QUI VONT REDONNER VIE AU PATRIMOINE

À l’instar de la métamorphose du Couvent des Jacobins en centre de congrès, plusieurs projets de transformation d’éléments importants du patrimoine rennais vont venir enrichir l’attractivité du cœur de ville. L’ouverture d’un nouveau lieu de vie (restauration, loisirs...) à l’Hôtel-Dieu d’ici 2023, la livraison d’une école et d’un hôtel à projets dans l’ancienne université Pasteur début 2020, ou encore la transformation de l’emblématique Palais du Commerce en lieu de commerces et d’activités multiples à l’horizon 2025. Sans parler de la mise en valeur des remparts et des Portes Mordelaises qui sera terminée en 2021.

A lire aussi sur ces sujets