Quartier Cleunay / Arsenal-Redon / La Courrouze

Aux abords du métro Cleunay
Aux abords du métro Cleunay (J. Mignot)

Une direction de quartiers à l'écoute des habitants et associations

Je suis un habitant, la direction de quartiers ouest :

  • m’accueille et répond à mes demandes en faisant le lien avec les services de la ville,
  • veille sur la qualité du cadre de vie,
  • met en œuvre les actions de la ville,
  • diffuse de l'information sur le quartier,
  • gère des demandes de repas de rues,
  • organise des animations et des fêtes de quartier,
  • anime avec des habitants volontaire le conseil du quartier,
  • me propose de participer aux participations citoyennes.

Vous représentez une association :

  • Vous pouvez être accompagné au montage de projets pour le quartier (urbains, sociaux, culturels),
  • Obtenir un prêt de petit matériel pour une manifestation avec les habitants,
  • Etre orienté vers des demandes d'aides financières dans le cadre du Contrat de Ville.

Informations de quartier

Permanences de quartier

Madame Frisque tiendra ses permanences en présentiel. Vous pouvez joindre son secrétariat au 02 23 62 13 74,  ou par  mail  mc.beunard@ville-rennes.fr

Maison Marion du Faouët, 10 allée Marion de Faouët

Lundi 22 Avril,  de 16h30 à 17h30
BAM (bâtiment à modeler),  2 rue André Trasbot Mardi 14 Mai, de 17h30 à 18h30
Espace Social Commun, 25 rue Noël Blayau, 35000 RENNES (bureau au rez-de-chaussée)Lundi 3 Juin, de 16h à 17h
Maison Marion du Faouët, 10 allée Marion de Faouët (1er étage)Lundi 17 Juin, de 16h30 à 17h30
Pavillon Courrouze, 40 rue des Munitionnettes (Espace d'information et de concertation) Mardi 25 Juin, de 17h à 18h

Co-animateur de quartier

Nicolas Séveno - Co-animateur du conseil de quartier Cleunay / Arsenal-Redon / La Courrouze

Illustration charte de la démocratie locale
Illustration charte de la démocratie locale. (Franck Hamon)

Infirmier anesthésiste, père de deux enfants, Nicolas Séveno a mis « un peu de temps » avant de s’engager dans la vie citoyenne locale. Mais le pli est pris. « On n’a pas le droit se plaindre que les choses ne bougent pas si l’on reste dans son coin, les bras croisés ! »

Après deux ans à observer le fonctionnement de l’instance, Nicolas s’est donc « fait violence » pour « se retrousser les manches, se confronter à la réalité. » L’envie de renouvellement était forte. « Un conseil de quartier ne peut pas tourner en circuit fermé. La vie locale a besoin de citoyens expérimentés mais aussi de nouvelles têtes qui apportent de nouvelles idées. » 

Le concept de coanimation lui sied parfaitement. « Quand on forme une petite équipe, on peut s’impliquer davantage, se partager les tâches. C’est un signal démocratique assez fort. » Nicolas entend faire les choses avec « rigueur et bienveillance », en gardant sa « neutralité » pour faire « l’interface » entre les habitants des territoires du quartier, les élus et les services. Mais pas question de se mettre trop en avant, d’influencer les débats. « J’imagine plutôt le co-animateur comme un aidant, un facilitateur. »

Plusieurs groupes de travail ont été constitués, lui s’intéressera plus particulièrement à la thématique environnementale, aux demandes de végétalisation et à la place de l’eau dans le quartier. La sécurité, la mobilité, la propreté, la communication et l’animation seront d’autres sujets de discussion.