Rennes Métropole, Smart City

Une image d'application sur un smartphone
Le partage de données de différents opérateurs vise à favoriser l'émergence de nouveaux services publics ou applications pour les usagers. (Photo Didier Gouray)

Première collectivité à ouvrir ses données, dès 2010, la métropole rennaise poursuit sa démarche en développant ou en favorisant des projets innovants et exemplaires. Avec deux enjeux : mettre en œuvre les technologies qui préfigurent la ville de demain - la Smart City - et permettre la compréhension des citoyens et leur implication dans les prises de décision.

La Smart City, ou ville intelligente, fait référence à la création de nouveaux services basés sur les technologies innovantes, principalement du numérique, afin de faciliter le quotidien des habitants.
Si ce concept est issu du secteur privé, la collectivité a aussi un rôle à jouer, non seulement dans la mise à disposition et l’utilisation des données, mais aussi en termes de services rendus : comment apporter un service de qualité, en temps réel, avec une égalité d’accès pour tous ?  De l’open data au jumeau numérique de Rennes, en passant par la création du premier service public métropolitain de la donnée, zoom sur trois actions innovantes et exemplaires.

Rennes Métropole en open data

Depuis 2010, Rennes Métropole et la Ville de Rennes utilisent une plateforme web pour diffuser leurs données publiques. Une nouvelle version de data.rennesmetropole.fr, en ligne depuis septembre 2016, favorise l'accès aux données et leur réutilisation

Plus de 200 jeux de données sont disponibles sur data.rennesmetropole.fr, venant des administrations rennaises et métropolitaines et de partenaires du territoire (Kéolis, Citédia, TransMusicales, Les Champs Libres…).  À chaque jeu de données sont associés des outils de visualisation pour en faciliter la compréhension. Accessibles à tous et réutilisables par chacun, les données concernent notamment :

  •  la géolocalisation des équipements publics (voies et adresses, parcs et jardins, déchèteries et points d'apport volontaire, ouvrages sur voirie, etc.) ;
  • les budgets ;
  • les transports ;
  • la culture ;
  • l’état civil ;
  • les statistiques de collecte des déchets ou de fréquentation des équipements ;
  • les évènements sportifs et culturels ;
  •  …

Des données en temps réel sont aussi disponibles, ouvrant la voie à des applications mobiles pertinentes, par exemple, sur l'état du trafic sur le réseau de transports en commun ou la disponibilité des parkings. Ces données sont accessibles via des API (Application programming interface). Trois API sont disponibles actuellement sur le site data.rennesmetropole.fr :

  • disponibilité des places de stationnement dans les parkings couverts (API Citédia) ;
  • état des travaux sur la voie publique (API Ville de Rennes) ;
  • référentiel voies et adresses de Rennes Métropole.

Plusieurs types de réutilisations de données sont possibles. Elles peuvent être réalisées par les collectivités, des partenaires ou par des entreprises ou des individus.
C’est grâce à cette plate-forme que les budgets de Rennes et Rennes métropole sont désormais disponibles en datavisualisation.

Rennes impliquée dans le développement de l'open data en France

Rennes et Rennes Métropole sont membres fondateurs de l'association nationale Open data France créée en 2013. L'association rassemble plus de 70 collectivités françaises de toute taille (villes, EPCI, départements et régions) engagées dans l’open data. Avec Open data France et au sein d’associations d’élus, Rennes participe à des rencontres et actions collectives au niveau national, notamment avec la mission Etalab qui coordonne l’action des services de l’État et de ses établissements publics pour faciliter la réutilisation la plus large possible de leurs informations publiques. Etalab administre le portail national opendata.

Premier service public métropolitain de la donnée

Rennes Métropole a lancé en février 2018 un service métropolitain de la donnée (SPMD) avec huit partenaires. Objectif : collecter et partager des données d'intérêt général dans le but de faire émerger de nouveaux services ou applications numériques. Explications en cinq questions.

  1. Un service de la donnée, pour quoi faire?

    L’objectif principal du SPMD est de favoriser le partage et l’usage des données numériques d’intérêt général  susceptibles d'être utilisées pour créer des applications et des services urbains innovants. Quatre thématiques ont été choisies pour expérimenter concrètement cette gouvernance ouverte des données: l'énergie, les mobilités, l'eau et les données sociodémographiques.
     

  2. Quelles données pour quels services? 
    Le SPMD collecte et traite des données du territoire de Rennes Métropole d'intérêt général,  produites par différents acteurs publics (collectivités territoriales, services de l'État…) ou par des acteurs privés (services urbains, services à la personne…). Ces données pourront permettre la mise en œuvre de nouveaux services publics pour les habitants: transports, énergie, habitat, activité économique, tourisme, etc.
     

  3. Un exemple concret?
    Ce croisement des données peut être utile pour prévoir les conséquences de la densification de certains secteurs métropolitains en termes de mobilité, de pollution atmosphérique, d'accessibilité aux services… 
     

  4. Quels sont les chantiers du SPMD ? 
    * Produire des services publics numériques pertinents et accessibles au plus grand nombre.
    * Garantir la fiabilité, la disponibilité et l’interopérabilité des données.
    * Garantir la réciprocité et l’équilibre des échanges entre tous les acteurs volontaires autour des données.
    * Favoriser la protection des données personnelles, notamment par leur anonymisation, et créer les conditions de restitution aux citoyens des données produites par eux.  
     

  5. Qui sont les partenaires de l'initiative?

    Le SPMD bénéficie de l'accompagnement de partenaires clés pour chaque thématique: 
    - Énergie: l'Agence locale pour l'énergie et le climat du Pays de Rennes (Alec) et Enedis
    - Mobilité: la Fabrique des mobilités  
    - Eau: la Collectivité Eau du bassin rennais (CEBR)  
    - Données sociodémographiques: l’Association pour la promotion de l'action et de l'animation sociale (Apras)

    - Les quatre chantiers seront également accompagnés de façon transversale par trois partenaires qui apporteront leur expertise au projet : L'Institut de recherche en informatique et systèmes aléatoires (Irisa), pour le traitement des données; L'Agence d'urbanisme et de développement intercommunal de l'agglomération rennaise (Audiar) pour sa connaissance du territoire ; Le cabinet Chronos pour le pilotage du projet et la restitution des résultats. 

3DExperienCity, Virtual Rennes

Avec la plateforme 3DExperienCity, Virtual Rennes, Dassault Systèmes et Rennes Métropole mettent en place un « jumeau numérique métropolitain  » permettant d’imaginer le territoire de demain.

Disposer d’un territoire virtuel nourri de multiples jeux de données pour simuler et prévoir ce qui va se passer : telle est l’ambition du projet 3DExperienCity, Virtual Rennes lancé en 2017 par Rennes Métropole en partenariat avec Dassault Systemes. Pour la métropole, ce partenariat comporte quatre enjeux  :

  • anticiper la transition numérique des services publics,
  • fédérer tous les acteurs de la ville pour enrichir ce jumeau numérique,
  • y développer des services, 
  • favoriser les initiatives économiques locales.

Le projet (1) s’appuie sur la modélisation 3D de la métropole, initiée dès 1999 par le service d’information géographique (SIG) de Rennes, puis de Rennes Métropole, en collaboration avec Archividéo. Cette représentation 3D du territoire (voiries, bâtiments…) est progressivement enrichie avec des jeux de données très variés : démographie, mobilité, foncier, énergie, végétation, données provenant de Rennes Métropole, de la Ville de Rennes ainsi que de nombreux partenaires. À ce titre, le SPMD, parce qu'il permet de partager des données issues de plusieurs sources, est un outil précieux pour construire le jumeau numérique métropolitain.

La plate-forme collaborative proposée par Dassault Systèmes permet de fédérer l’ensemble des acteurs autour du jumeau numérique. Elle va permettre par exemple de tester différents scénarios, comme l’impact de construction d’un nouveau bâtiment, ou de visualiser un projet d’aménagement comme celui de l’Hôtel-Dieu.

(1) Un projet identique est en cours à Singapour. C’est l’opportunité pour Dassault Systèmes de faire évoluer sa plate-forme collaborative, initialement destinée à l’industrie pour l'adapter aux besoins des territoires.

Des services innovants testés sur la plate-forme 3D

Dans le cadre de 3DExperienCity, Rennes Métropole, Dassault Systèmes et le pôle Images et Réseaux ont lancé un appel à défis, soutenu par l'État à travers le programme « Démonstrateurs industriels pour la ville durable » du Programme Investissements d'avenir.
Objectif : donner la possibilité à des PME, des entreprises de taille intermédiaires ou des start-up de développer sur la plate-forme de nouveaux services basés sur le jumeau numérique du territoire ou d'y créer de nouvelles données à valeur ajoutée.

Quatre projets d'entreprises ont été retenus dans un premier appel à défis lancé en 2017 :

  • le jumeau énergie de la métropole, visant à modéliser la consommation énergétique des bâtiments (société Energies Demain) ;
  • une plate-forme collaborative sur les indicateurs liés à l'évolution de la nature en ville (société Kermap) ;
  • la constitution d'un référentiel de données de mobilité à l'échelle péri-métropolitaine (société Eegle) ;
  • la mise en œuvre d'une réalité augmentée collaborative, intégrant dans la modélisation les avis et commentaires des habitants (société Artefacto).