Un vaste projet urbain se déploie pour redynamiser le quartier du Blosne. À l'est d'un quartier qui compte 17 000 habitants, des espaces publics sont réaménagés, des équipements comme le conservatoire à rayonnement régional ou un pôle associatif vont voir le jour, un nouveau centre commercial sera implanté, des logements sont rénovés. Partons à la découverte du Blosne demain.

Tout d'abord, un rappel historique et en images : Le Blosne est un quartier rennais qui a vu le jour entre les années 1960 et 1970. Littéralement sorti de terre, il s'est construit là où se trouvaient des champs au sud de la ville.

Le territoire du Blosne en 2014 et dans les années 1950-1965. Visuel ©Geoportail

Cinquante ans après sa construction, le nouveau projet urbain entend redynamiser le quartier, offrir un meilleur cadre de vie aux habitants et attirer de nouvelles familles.
 

La première phase du projet urbain concerne l'est du quartier, autour des deux stations de métro Triangle et Le Blosne.  C'est le secteur Blosne-Est qui s'étend sur  51 hectares. 
La requalification de ce secteur est soutenue par le programme d'envergure national, le Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU).
 

Situez et découvrez les projets du secteur Blosne-Est

Découvrez les principales opérations réalisées ou à venir sur le secteur Blosne Est, en explorant la carte dynamique ci-dessous.

Blosne Est : Les grands enjeux du projet

Le projet de la ZAC Blosne-Est répond, à la fois, à des enjeux de diversification du logement, de développement de l'emploi et de soutien à l'activité économique.

Six objectifs sont fixés : 

  •  
  • animer et renforcer les pôles de quartier autour des stations de métro ; 
  • accueillir de nouveaux habitants (2 000 nouveaux logements prévus) et favoriser la mixité sociale et générationnelle en diversifiant le parc de logements ; 
  • valoriser l'image du quartier par des actions sur les espaces publics, en liant les espaces verts du quartier, en favorisant parcours piétonniers et circulations douces ;
  • réorganiser le bâti sur les axes principaux du quartier, notamment en s'appuyant sur la mutation des parkings en ouvrage ;
  • valoriser et réhabiliter les constructions existantes de logements en mettant l'accent sur la qualité environnementale et énergétique ;
  • favoriser l'implantation d'activités économiques et culturelles d'intérêt communal voire métropolitain afin de soutenir et développer l'emploi sur le quartier.

Des habitants impliqués

La participation des habitants à la concertation, de 2016 à 2018

La concertation avec les habitants a été intense et sous des formes variées entre 2016 et 2018.
Parcourez ci-après le bilan, édité en 2018.

Illustration à travers ce reportage, paru dans Les Rennais de mars 2018, autour des réflexions des habitants sur le projet de halle multifonction.

Focus sur des ateliers pour la future halle multifonctions

Dans le cadre de la rénovation urbaine du Blosne, une halle ouvrira en 2021, au nord de la place de Zagreb et au pied du square de Galicie. Pour quels usages? Sport, marché de Noël, braderies? Les habitants y ont réfléchi début 2018.

En janvier 2018, les services de Rennes Ville et Métropole ont conduit des habitants et associations du Blosne à la découverte des halles de Mordelles, de Laillé, du parc du Berry. Une façon de plonger dans le vif du sujet : « Quelles activités accueillir dans la future halle? », « Avec quels aménagements ? », « Comment faire pour qu’elle soit utilisée par tout le monde ? » En février [2018, NLDR], des ateliers, accompagnés par le sociologue Gérard Baslé, ont permis d’affiner ces questions.

C’est aussi la part d’inattendu et d’innovation qui donnera à cet espace toute sa force!

Gérard Baslé, sociologue.

Les habitants ont montré leur intérêt pour un espace semi-enterré chaleureux, favorisant une meilleure acoustique tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Ils ont imaginé des gradins propices au farniente, voire une mezzanine pour les expositions, mais aussi des vestiaires. Ils ont exprimé l’envie de lumière : une halle semi-ouverte avec un mur de rebond pour jouer et un toit ouvrant ou, pourquoi pas, coiffé d’un « chapeau pointu ou chapeau rond » pour rompre avec l’architecture locale. L’idée : qu’elle devienne un signal, un symbole dans le quartier.

Un lieu pour tous

En tout cas, une attente est forte et partagée : que cela soit un lieu « pour toutes les générations, ni clanique ni à usages exclusifs » où les riverains comme l’ensemble des Rennais pourraient se retrouver, pour prendre un café, se restaurer autour de camions resto ou participer à des événements festifs. Autres pistes : que les assistantes maternelles et les enfants s’y retrouvent pour jouer, que l’on puisse y faire une partie de pétanque, du hip-hop… En tout cas, une chose est sûre, « il ne faudra pas reproduire les erreurs de la halle du Triangle, qui ne fonctionne pas ». Tous sont d’accord : si la fonction commerciale reste primordiale, la halle doit permettre la pratique du sport, en portant une attention particulière aux femmes, souvent exclues. Les habitants rêvent d’un espace « apaisé », « sans brutalités » ; un lieu qui mixerait des activités sportives libres et celles proposées par différentes associations, pour varier les usages et les publics.
 

La Maison du projet

Vue de la Maison du projet du Blosne
La Maison du projet du Blosne est installée à proximité de la station de métro Le Blosne. (2A Design)

La maison du projet est ouverte à tous depuis  décembre 2017.
C'est un lieu ressource et d'échanges autour du projet urbain.
Elle ouvre ses portes lors de permanences et certains samedis matins sur le temps du marché.
Consultez les permanences à venir en cliquant ici.

Zoom sur deux projets emblématiques

(Agence Tetrarc)

Le Conservatoire à rayonnement régional

Un futur lieu emblématique, un lieu de culture d'envergure installé au cœur du quartier. En 2021, le Conservatoire à rayonnement régional installera une grande partie de ces activités dans un nouveau bâtiment de 5 000m2, situé place de Zagreb, à quelques foulées des stations de métro Blosne et Triangle.
Aujourd'hui rue Hoche, le Conservatoire accueille 1 773 élèves (1 460 en musique, 133 en théâtre et 180 en danse). Demain, les activités de théâtre, de danse et les pratiques collectives (orchestre, musiques actuelles, musiques traditionnelles bretonnes, percussions… ) seront enseignées et pratiquées au Blosne.
La première pierre du bâtiment, conçu par les architectes de l'agence Tetrarc, a été posée le 30 mars 2019. Sur quatre niveaux, il accueillera des salles d'enseignements et de pratique : plateau d'orchestre, studios de théâtre et de danse, grandes salles pour les pratiques collectives. Le Pont supérieur, pôle d'enseignement supérieur, y formera in situ de futurs professeurs musiciens venus de toute la France.
 

La saison culturelle à l'auditorium

S'y trouvera aussi un auditorium de 300 places. C'est dans ce lieu à l'acoustique étudiée que se déroulera la saison culturelle du Conservatoire, avec sa programmation régulière et variée, ouverte au grand public et en accès libre. Pour que le bâtiment soit à la fois un lieu d'enseignement et de diffusion!

Conçu comme un lieu de croisement, le Conservatoire à rayonnement régional comportera une terrasse ouverte sur le quartier. Le hall d'entrée est conçu pour être un lieu convivial avec un café musique et il donnera accès à l'auditorium.
Ce bâtiment sera équipé de 700 m2 de panneaux photovoltaïques et produira davantage d'énergie qu'il n'en consomme.
Le coût de l'opération s'élève à 18,583 M€ HT  avec les financements de la Ville de Rennes, de l'État, de la Région Bretagne, du Département d'Ille-et-Vilaine et de Rennes Métropole.


 

Le Pôle associatif de quartier

Bâtiment
(Antonio Virga Architecte)

Le futur Pôle associatif verra le jour avenue des Pays-Bas, à proximité du Triangle et de la future Rambla. Les travaux doivent débuter en 2020 pour une livraison en 2022. Sa surface sera de 1 800m2.
Les habitants et acteurs associatifs ont participé à sa conception, avant même que les architectes ne travaillent sur le projet.
L'Agence Antonio Virga Architecte a ensuite proposé que le pôle associatif prenne la forme de cinq volumes sur un même socle, rappelant l'architecture de la maison et du village.

Lors d'un atelier de travail
Atelier sur le projet de pôle associatif (C. Le Dévéhat)

Qu'y trouvera-t-on ?

Un hall d'accueil avec une cafétéria, un espace lecture/jeux/internet et un espace pour des expositions.

Des bureaux associatifs sur 200m2, dont la moitié en bureaux partagés

des salles d'activités (1 000m2) avec des espaces sportifs, d'autres dédiés au numérique et un studio d'enregistrement et de répétition.

Des salles polyvalentes dont une salle familiale de 150m2 avec un espace restauration.

Le pôle accueillera aussi un espace enfance ainsi que les associations de la Maison des squares et Ar Maure (voir ci-après).

 

Le bâtiment présentera les caractéristiques des bâtiments à Haute performance environnementale (HPE) et à énergie positive (BEPOS).

 

Histoire du quartier

La Baraque vue de l'exterieur

Les rencontres avec habitants et associations ont permis de lancer un travail autour de la Baraque. Ce préfabriqué, actuellement occupé par l'association Ar Maure, est situé sur l'emprise du futur pôle associatif.
La baraque fait partie de l'histoire du quartier.
Dans les années 1970, elle a servi de local de chantier dans un Blosne en pleine construction. Au milieu des années 1980, elle est devenue un lieu d'expression et d'initiatives portées par la communauté maghrébine, via l'association Ar Maure. C'est aujourd'hui, un lieu de vie important pour les plus anciens, qui s'y retrouvent régulièrement, ou pour les plus jeunes avec le club de foot et lors des fêtes familiales.
Un travail de collecte de témoignages, d'entretiens et d'archives privées est mené autour de la Baraque. Ce pan de l'histoire pourra être valorisé au cœur même du futur pôle associatif.

Les Chants du Blosne : 20 portraits sonores d'habitants

(D. Gouray)

Réaliser plusieurs portraits sonores d'habitants du quartier, et les faire vivre au cœur des espaces vert en réseaux qui traversent le Blosne. C'est l'ambition qui a animé l'association Ars Nomadis pour le projet Les chants du Blosne. Ce projet participatif vise, indique Antoine Beaufort, directeur d'Ars Nomadis  « à révéler, autour de la musique et des chants traditionnels, toutes les cultures musicales qui constituent le Blosne, un quartier dont les habitants viennent de partout, de Bretagne et d'ailleurs ».

Qu'ils évoquent leur quartier ou leur parcours, c'est par leurs mots et la musique que les habitants  se racontent à travers 20 portraits. Chaque portrait a fait l'objet d'un travail créatif d'élèves du Conservatoire, à partir des témoignages recueillis par la documentariste Laure Chatrefou. 

Ces Chants du Blosne ont de cette manière tissé un lien avec la future arrivée du Conservatoire à  rayonnement régional. 
 

Les portraits ont été rendus publics cinq par cinq en 2017 et 2018, à l'occasion de quatre week-ends festifs sur des lieux du quartier : La future Rambla, Place du Banat, square de Sétubal. Ils ont aussi fait l'objet d'une exposition sonore et photographique.

Les gens ont été très touchés par ces témoignages qui sont tous très différents et permettent à chaque fois de rencontrer des personnages, des gens normaux qui ont tous quelque chose d'extraordinaire.

raconte Antoine Beaufort

Et maintenant ? Des bornes d'écoute pour écouter les portraits seront posées courant mai au sein de l'exposition Rennes Les vies d'une ville du Musée de Bretagne et des séances d'écoutes seront aussi organisées chez l'habitant lors de Rennes au pluriel.
Courant 2020, 10 bornes d'écoute, avec chacune deux portraits, devraient être installées pour jalonner le parc en réseau, pour prendre une place musicale et vivante dans le quartier et participer aussi à son réaménagement.

Ecouter les 20 portraits sur la chaîne Soundcloud d'Ars Nomadis.
 

Place de Zagreb un jour de marché

A lire aussi : Le Blosne, un pôle commercial central en 2023
En 2023, les habitants du Blosne bénéficieront d'un nouvel espace commercial moderne sur la place de Zagreb. Le projet d'un centre commercial dans la partie Est du Blosne entre en effet dans sa phase opérationnelle. Il remplacera les trois petits centres de Sainte-Elisabeth, Torigné et Landrel. Un projet mené en concertation avec les habitants et les commerçants.