Usine d'incinération de Villejean : début de l'enquête publique ce 22 février

Déchets et propreté

Des travaux de modernisation seront lancés en 2022 à l’usine d’incinération de Villejean, pour une durée de 18 mois. L'objectif est d'accroître l'efficacité énergétique de l'usine et de diminuer son impact environnemental. L'enquête publique démarre ce lundi 22 février.

L’usine d’incinération de Villejean, que l’on appelle en langage technique "usine de valorisation énergétique" ou "UVE", brûle les déchets non recyclables. Ce sont les "déchets ultimes" provenant de nos poubelles, qui ne peuvent être ni compostés ni envoyés vers le tri sélectif. L'usine les transforme en énergie, produisant ainsi du chauffage et de l’électricité. Aujourd’hui, l’UVE traite annuellement près de 144 000 tonnes de déchets ménagers et assimilés provenant des communes de Rennes Métropole et des collectivités voisines.

Les avantages de l'usine d'incinération 

L’énergie produite par l’incinération est valorisée sous forme de vapeur servant à chauffer l’équivalent de 20 000 logements des quartiers de Villejean, Beauregard, ainsi que le CHU de Pontchaillou. Elle produit également de l’électricité : entre 18 000 et 20 000 mégawatt-heures sont revendus annuellement à EDF, soit l’équivalent de la consommation de 7 000 logements.

Une vidéo pour tout comprendre

Pourquoi faut-il moderniser l’usine de Villejean ? 

L’unité de valorisation énergétique a été construite entre 1966 et 1968 par la Ville de Rennes. Elle est, depuis 1995, dans le champ de compétence de Rennes Métropole, qui en assume la responsabilité. En 2017, Rennes Métropole a décidé d’investir pour moderniser l’usine d’incinération. Objectif : en faire un véritable outil de transition énergétique, produisant davantage d’énergie avec la même quantité de déchets incinérés. On passera ainsi à 35 000 équivalents-logements chauffés par an, contre 20 000 actuellement, grâce à une énergie dont le prix est encadré par la collectivité et donc moins dépendant du marché.

Car oui, le saviez-vous, nos déchets sont transformés en chauffage ! Là encore, on vous explique tout en vidéo avec ce reportage réalisé en collaboration avec TVR :

S’agissant de la valorisation électrique, les nouvelles installations permettront de produire annuellement  l’équivalent de la consommation de 13 000 logements, contre 7 000 en 2020. Le projet vise également à réduire l’impact environnemental de l'usine en diminuant ses rejets dans l’eau et dans l’air.
Enfin, la future UVE a vocation à devenir un outil de coopération entre les territoires, dans une démarche visant à encourager les gestes de prévention et éviter l’enfouissement des déchets.

Enquête publique à partir du 22 février

L'enquête publique, prévue sur un mois minimum, porte sur :

  • la demande d'autorisation environnementale en vue de procéder à la restructuration de l'UVE dans le cadre de son exploitation soumise à autorisation
  • la demande de permis de construire pour la réalisation des travaux nécessaires à la restructuration de l'UVE.

Trois lieux de permanence sont prévus : hôtel de Rennes Métropole, mairie de Bourgbarré, mairie de quartier de Villejean.

L'ensemble des documents est consultable sur le  registre dématérialisé.

Au vu des règles sanitaires actuelles, les horaires d'accès au dossier d'enquête dans les locaux de Rennes Métropole sont modifiés et sont maintenant les suivants : du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h00

Par ailleurs, la permanence de la commission d'enquête initialement  prévue à l'Hôtel de Rennes Métropole le 2 mars 2021 de 9h à 12h est décalée au 2 mars 2021 de 9h30  à 12h30.

Calendrier

  • 22 février 2021 : début de l’enquête publique, pour un mois minimum.
  • Avril 2022 : démarrage des travaux, avec un arrêt total de l’UVE durant 18 mois. Durant cet arrêt, une concession est passée pour assurer la continuité du service (voir ci-dessous). 
  • Fin 2023 : mise en service de la nouvelle usine.


Une concession pour assurer la continuité du service

Durant la période de travaux, qui dureront 18 mois, l’usine de Villejean sera totalement fermée. Afin d’assurer la continuité du service, Rennes métropole a lancé un appel à candidatures  pour une concession de service public. Après une procédure de mise en concurrence, les élus de Rennes Métropole ont validé ce jeudi 28 janvier l'offre proposée par la société GEVAL. 
Dans le cadre de cette concession et pour la durée de l’arrêt de l’usine de Villejean, Geval construira et exploitera un centre de transfert public (CTP) d’une capacité de 50 000 tonnes/an, sur un terrain de Bourgbarré mis à disposition par Rennes Métropole en accord avec la commune. Cette installation permettra d’accueillir les bennes à ordures ménagères collectant les déchets de Rennes Métropole, et d’assurer ensuite l’envoi des déchets dans des unités de traitement plus lointaines. 
A l’issue des travaux de l’UVE, le site sera reconverti dans le traitement du plâtre. La création de ce site occasionnera la création de plusieurs emplois en insertion. Geval continuera d’exploiter le CTP et l’UVE pour une durée de 7 ans. 

picto électricité

55 000  mégawatt-heure produits annuellement par l'UVE modernisée, soit la consommation de 13 000 foyers

picto camion poubelle

144 000 tonnes de déchets sont brûlées annuellement à l'usine d'incinération

picto  immeubles

35 000 logements seront chauffés grâce à l'énergie produite par l'usine d'incinération modernisée