Une cuisine centrale pour Le Rheu et Chavagne

Enfance, éducation et jeunesse
visite des élus dans la cuisine centrale du Rheu
Les élus ont visité la cuisine centrale au Rheu, qui nourrit les élèves du Rheu et de Chavagne (A. Loubry )

Élèves rheuzois et chavagnais mangent une cuisine « maison », depuis la rentrée. Réalisée par une équipe de 9 agents, basée sur des produits locaux et en partie bio. Vendredi 15 octobre, une convention tripartite entre Le Rheu, Chavagne et Rennes Métropole a été signée, à l’occasion de l’inauguration de cette première cuisine centrale intercommunale.

L'essentiel à retenir

  • En 2018, la cuisine fournissant les repas des collégiens du Rheu a été incendiée. 
  • Dans l'urgence, c'est la cuisine de Rennes qui a fournit les repas
  • Une nouvelle cuisine centrale intercommunale la remplace depuis la rentrée 2021, qui servira aussi les repas aux collégiens de Chavagne
  • Bâtiment basse consommation, fournisseurs locaux, 30% de repas bio :  l'intercommunalité vise le développement durable.

Victime d’un incendie criminel le 29 décembre 2018, « la cuisine centrale de Le Rheu était trop endommagée pour être réhabilitée », rappelle Mickaël Bouloux, maire de la commune, qui se rappelle de la solidarité rennaise : pendant 2 ans et demi, les 800 élèves de Le Rheu ont bénéficié des services de production de la ville de Rennes.

La nouvelle cuisine sera intercommunale. « Avec ce nouveau bâtiment, nous écrivons un projet plus grand, plus ambitieux et plus durable », déclare-t-il lors de l’inauguration. La cuisine est installée sur le site de l’Orme-Robin et produit depuis août 2021 les déjeuners pour les écoles et accueils de loisirs de Le Rheu et de Chavagne, soit 1 200 repas par jour. 

La première cuisine centrale intercommunale de la métropole rennaise se base sur 4 axes majeurs, signale René Bouillon, maire de Chavagne : « L’éducation au goût avec des produits frais, locaux, bios et de saison ; la valorisation des fournisseurs locaux ; la préservation de l’environnement et la lutte anti-gaspillage ; enfin, la responsabilité sociale concernant l’éventuel transfert des agents concernés et leurs conditions de travail. » 
Affaire de goût, de santé, d’accessibilité pour tous et de transformation des pratiques agricoles, la présidente de Rennes Métropole et maire de Rennes, Nathalie Appéré, voit également dans ce restaurant collectif, conçu basse consommation, « un outil puissant pour relever les défis climatiques, environnementaux et sociaux et ainsi travailler à notre impact sur le climat et garantir la sobriété dans les consommations. »
Prochain défi : augmenter la part de bio, 30% actuellement, à 80% dans 4 ans.

batiment

600 M2 locaux neufs et basse consommation

assiette

1 200 repas / jour pour les élèves du Rheu et Chavagne

cagnotte

2 626 000 euros dont une subvention de Rennes Métropole, de l’État, et la participation des assurances.