Une chaire de recherche sur l’évolution de la ressource en eau

Innovation et recherche
Rivière la Seiche
(Julien Mignot)

La journée mondiale de l’eau, ce 22 mars, a été l’occasion pour la Fondation Rennes 1 d’officialiser la création de sa 10e chaire de recherche et de formation, « Eaux et Territoires ». Cette chaire s’appuie sur des chercheurs de  l’Observatoire des sciences de l’univers de Rennes, en partenariat avec Rennes Métropole, la Collectivité Eau du Bassin Rennais, et la Société Publique Locale - Eau du Bassin Rennais.

« La ressource en eau, ce capital commun à tous, est soumise aujourd’hui à deux contraintes majeures, d’une part le changement climatique, d’autre part la pression des activités humaine, a souligné Jean-Raynald de Dreuzy, le directeur de l’Observatoire des sciences de l’univers de Rennes (Osur). Le changement climatique va nous faire entrer dans un monde nouveau, mais quel sera-t-il ? Le milieu naturel a sa propre dynamique… »  Anticiper l’évolution de la ressource en eau, tant en quantité qu’en qualité, est bien un enjeu majeur, tant au niveau mondial – près de 2 milliards d’humains n’ont pas accès à une eau potable sûre – que local. Pour la Bretagne, première région agricole française et première région agroalimentaire en Europe, la gestion de la ressource en eau est un enjeu territorial fort.
« Sur notre territoire, près de 80 % de la ressource en eau est d’origine superficielle, donc très sensibles aux activités humaines », a pointé Pascal Hervé, vice-président de Rennes Métropole en charge de l’eau, de l’assainissement et des voiries communautaires. Les collectivités impulsent déjà des dynamiques.  « Nous avons d’ores et déjà initié des programmes en ce sens, avec le programme Ecodo, ou encore Terres de source », illustre Yannick Nadesan, président de la collectivité Eau du bassin rennais.

Répondre aux problématiques de demain

Le programme de recherche défini par les partenaires vise à évaluer l’impact de l’augmentation des pressions liées aux activités humaines, avec en perspective le changement climatique. « La ressource en eau provient des eaux superficielles, en majeure partie, et souterraines, les deux étant liées. Comment ces ressources vont-elles évoluer, tant dans le temps que spatialement ? , interroge Luc Aquilina, responsable de la chaire « Eaux et Territoires » et enseignant-chercheur dans l’équipe « Eau » de l’Osur. Les travaux réalisés avec d’autres équipes, Inra, Enscr, EHESP… comprennent notamment la modélisation de l’impact climatique et la détermination de l’origine et de la nature de certains polluants au sein du cycle de l’eau. »
À terme, il s’agit de proposer des solutions pour répondre aux problématiques de demain. Des outils utiles aux collectivités, pour définir leurs politiques futures de l’eau, ainsi que pour les acteurs économiques et ceux qui ont en charge la gestion de l’eau potable ou encore la protection des milieux. « C'est tout l'intérêt des chaires de la Fondation de Rennes 1 : favoriser l'innovation autour d'intérêts communs », a conclu Sophie Langouët-Prigent, vice-présidente Fondation Rennes 1.

Monique Guéguen

Les chaires de recherche de la Fondation Rennes 1

La Fondation Rennes 1 a développé depuis 2013 un dispositif de chaires fédérant les chercheurs de l’Université de Rennes 1 et les acteurs socio-économiques autour de sujets d’intérêt commun.
7 chaires sont actuellement en cours : « Cooper Standard - Fondation Rennes 1 » (2015-2020), « RSE, innovation et transformations numériques » (2016-2018), « Mobilité dans une ville durable » (2016-2019), « Nouveaux défis de la banque : RSE, efficience et risques » (2018-2020) et « Cancer et innovation » (2018-2020), « Vivre Ensemble » (2019-2021), lancée en février 2019 et donc « Eaux et territoires » (2019-2021).
Rennes Métropole est partenaire de trois d’entre elles : « Mobilité dans une ville durable », « Vivre ensemble » et « Eaux et territoires ».