Un atelier et un kit pour tester les couches lavables

Déchets et propreté
Marianne Antoine, animatrice de l'atelier "Je passe aux couches lavables"
Marianne Antoine, animatrice de l'atelier "Je passe aux couches lavables" (M. Cochennec)

Des couches jetables ou lavables ? Une question que se pose de plus en plus de parents, si on en juge par le succès de l’atelier – en ligne actuellement - proposé par Rennes Métropole, qui offre la possibilité, ensuite, de tester un kit pendant un mois. Témoignage.

 « Je suis sensible au zéro déchet et les couches jetables génèrent en beaucoup », témoigne Frédérique Leblond, mère d’un petit garçon de 4 mois, qui a suivi l’un des ateliers "Je passe aux couches lavables".  Les chiffres le confirment : de la naissance à la propreté, un enfant utilise près de 5 000 couches, soit 1 tonne de déchets. À comparer aux 24 couches lavables… Soit, si on tient compte de la consommation moyenne d’eau et d’électricité nécessaire au lavage, environ 50 % d’économies. Plus encore si l’achat est d’occasion, que d’autres enfants suivront… Mais faire ce choix n’est pas si simple. Mêmes si derrière la diversité des marques ne se cachent que trois systèmes - couches classiques, tout-en-un, tout-en-deux - , d'autres écueils attendent les parents novices  : il y a les couches à taille unique, les modulables, les voiles de protection... Quant aux couches d’occasion, il faut pouvoir s'assurer qu'elles ont été bien entretenues pour ne pas être déçu.

Un atelier pour s'y retrouver

« L’atelier m’a permis de comparer les différents systèmes, de comprendre comment bien entretenir les couches pour ne pas les abîmer… » Avant de se lancer, Frédérique a testé pendant un mois le ‘’kit naissance’’, prévu pour les bébés jusqu’à six mois, avec différents types de couches. « Je sais désormais lesquelles me conviennent mieux, comment les choisir ; j’ai pu aussi contacter Marianne Antoine, animatrice de l’atelier, pour des questions plus précises. » Frédérique va donc passer aux couches lavables, mais  « dans un premier temps, nous alternerons avec les jetables, parce que c’est aussi un budget important. » Frédérique Leblond peut aussi compter sur son mari et sur la nounou, prête à tester, elle aussi les couches lavables.

Monique Guéguen