Rennes Métropole lance son plan de bataille pour le climat

Environnement
Le trafic sur la rocade de Rennes
Le Plan Climat Air Energie de Rennes Métropole ambitionne notamment de faire baisser le trafic routier de 10% à l'horizon 2030. (Didier Gouray)

Rennes Métropole a adopté en avril 2019 son Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET). Ambitieux, il  vise un double objectif : diviser par deux les émissions de gaz à effet de serre sur le territoire et assurer aux habitants un cadre de vie contribuant à leur santé et leur bien-être.

PCAET pour Plan Climat Air Énergie Territorial. Une démarche de développement durable rendue  obligatoire pour les intercommunalités par la loi de Transition énergétique pour la croissance verte. 

Celui que vient d'adopter le conseil de Rennes Métropole, après un long travail d'élaboration, porte une double ambition :

  • s'inscrire dans la trajectoire nationale de neutralité carbone en visant à 2030 une division par deux des émissions de gaz à effet de serre par habitant ;
  • permettre aux habitants, et en particulier les plus fragiles, de bénéficier d'un cadre de vie qui contribue à leur santé et bien-être.

"Un niveau d'ambition très élevé"

"Notre PCAET a un niveau d'ambition très élevé, souligne le président de la métropole, Emmanuel Couet, tant du point de vue des actions engagées que des moyens financiers mobilisés". Ils représenteront 350 millions d'ici à 2030 pour plus d'une centaine d'actions programmées dans un plan comprenant une dizaine d'objectifs.

"Nos deux plus gros chantiers portent clairement sur la mobilité et la rénovation énergétique des bâtiments" souligne Emmanuel Couet. Ce sont les principaux producteurs de gaz à effet de serre: 27% pour la mobilité, 23% pour l'habitat. 

Pour faire diminuer significativement ces GES, l'objectif est de réduire le trafic routier de 10% d'ici à 2030, de développer le covoiturage et les transports en commun ; et de rénover énergétiquement 6000 logements par an à l'horizon 2024 grâce à des aides directes aux logements privés.  

Autres actions programmées: le développement des énergies renouvelables et du recyclage, la construction avec des matériaux bio-sourcés, l'amélioration de la logistique urbaine, etc.

"Embarquer tous les acteurs du territoire"

" La prise de conscience des citoyens est réelle mais il y a encore de l'inertie, souligne Emmanuel Couet. Nous devons parvenir à une rupture indispensable et agir au niveau local mais aussi national et européen." A l'image de l'adoption de ce vœu pour un pacte finance-climat européen (cf. encadré ci-dessous).

Un avis partagé par  André Crocq, vice-président de Rennes Métropole en charge du développement durable: "Nous devons sonner la mobilisation et embarquer tous les acteurs du territoire – associations, monde économique, communes, etc. – dans la démarche". Autrement dit, le PCAET adopté par Rennes Métropole ne pourra avoir d'effet significatif sans l'implication de tous les habitants du territoire. 

Pour en savoir plus

La métropole soutient l'appel à un pacte finance-climat européen 

Pour répondre au défi climatique, le collectif « CLIMAT 2020 » a lancé un appel en faveur
d’un pacte financier européen. Cette initiative, largement soutenue, vise à mobiliser des
financements à l’échelle européenne pour atteindre les objectifs fixés par l’Accord de Paris.

Le conseil métropolitain a voté jeudi 4 avril le soutien à cet appel et l'appui à cette démarche qui
s’inscrit dans une volonté partagée d’accélérer la rénovation énergétique, de déployer des
transports propres, d’amplifier la production d’énergies renouvelables…

Les signataires de l'appel demandent solennellement aux chefs d’État et de
Gouvernement européens de négocier au plus vite un Pacte finance-climat, qui assurerait
pendant 30 ans des financements à la hauteur des enjeux pour conduire la transition
énergétique sur le territoire européen et renforcer notre partenariat avec les pays du Sud.