Nouvelle gare : la fin d'un chantier hors normes

Transports
La salle d'échanges de 2000 m2
La salle d'échanges de 2000 m2 (Julien Mignot)

Deux ans après l'arrivée de la ligne à grande vitesse, c'est au tour de la nouvelle gare d'être inaugurée le 3 juillet. Ce chantier exceptionnel, qui aura duré quatre ans, est enfin achevé. Il a fallu remodeler complètement la gare pour accueillir un nombre croissant de trains et de voyageurs, tout en maintenant l'activité durant les travaux. Un vrai challenge !

Inaugurée le 3 juillet, en présence de Guillaume Pépy, président de la SNCF, et d'Élisabeth Borne, ministre des Transports, la nouvelle gare de Rennes est achevée après quatre ans d’un chantier exceptionnel.
Il reste encore quelques mois de travaux à l’extérieur et dans les rues environnantes, mais l’ensemble aura totalement fait peau neuve pour l’ouverture de la ligne b du métro, fin 2020. Plus qu’une gare, c’est un nouveau « morceau de ville » qui est inauguré, avec sa vingtaine de boutiques, dont plusieurs marques locales (Stade rennais, Hénaff & Co, Yves Rocher, Ty Vorn), ses services (antenne de l’office de tourisme, guichet unique KorriGo…), bars et restaurants, sa passerelle Anita-Conti qui permet de relier le nord et le sud de la ville. Tout cela au coeur d’un quartier également en pleine métamorphose : EuroRennes.

Une architecture audacieuse
Pour valoriser la différence de niveau entre le nord et le sud de la gare (11 mètres), l’équipe d’urbanistes-paysagistes a choisi de construire une colline aménagée qui recouvre littéralement la gare. Au nord (côté avenue Janvier), au milieu des pelouses et des plantations de landes, des cheminements accessibles à tous (piétons, vélos, poussettes…) mènent à la plate-forme voyageurs et à la passerelle Anita-Conti, qui relie les deux côtés de la ville. Au sud, un vaste parvis réaménagé dessert le parking Gare-Sud.

L'entrée principale de la gare
L'entrée principale de la gare (L'entrée principale de la gare)

Toiture innovante
L’autre particularité du bâtiment est sa toiture très légère composée de coussins d’air en ETFE, un matériau innovant déjà utilisé sur plusieurs bâtiments emblématiques de l’architecture contemporaine : le centre aquatique national de Pékin ou encore le stade de football du Bayern de Munich. Il faut dire que ses caractéristiques techniques sont séduisantes pour les architectes.
À la fois transparent et léger (et donc économique en termes de construction), résistant et insalissable, ce matériau permet aux concepteurs de bâtiments modernes une plus grande liberté de formes que le verre… tout en laissant passer un maximum de lumière.
La légende dit que les architectes se sont inspirés de la forêt de Brocéliande quand ils ont imaginé cette toiture avec sa charpente métallique dont les poteaux se terminent par des arborescences en bois, la couverture elle-même évoquant la canopée de la forêt… ou encore la brume sur les paysages bretons.

Investissement

126 millions d'euros d'investissement

Emplois

845 emplois (en équivalent temps plein annuel)

Insertion professionnelle

26.000 heures d'insertion professionnelle

Pôle d’échanges multimodal… kezako ?


Pôle d’échanges multimodal ? Derrière cette expression assez abstraite se cache en fait un principe simple: celui d’un lieu où l’on peut facilement passer d’un moyen de transport (voiture, bus, taxi ou vélo) à un autre (métro, TGV ou encore TER). C’était l’un des principaux enjeux de cette nouvelle gare : simplifier les déplacements des habitants, des touristes, des employés… et les inciter à opter pour des transports plus respectueux de l’environnement ! Avec l’arrivée de la ligne b de métro, les salariés de Cesson-Atalante ou les habitants du secteur de La Courrouze à Saint-Jacques-de-la-Lande seront ainsi à moins de 2 heures de Paris de porte à porte.

Cela se traduit par :

  • Une salle d’échanges de 2 000 m2 connectée à tous les modes de déplacement (train, car, bus, vélo, taxi, voiture)
  • Une gare routière réaménagée et connectée à la salle d’échanges
  • Un nouveau quai pour les trains
  • Des accès multipliés vers les quais (trois fois plus d’escaliers mécaniques et d’ascenseurs)
  • Une nouvelle station de taxi
  • Deux fois plus de places dans le parking Gare-Sud et la dépose-minute (1 200 places aujourd’hui)
  • 1 300 stationnements vélos dont 400 places sécurisées au sud
  • Un espace KorriGo
  • Une Maison du vélo bientôt à la gare routière
  • Deux lignes de métro fin 2020 avec 50 000 montées et descentes quotidiennes