Masques et visières : les citoyens mobilisés

Santé et social
Dons de  masques tissu par les Couturières solidaires
Ces masques tissu créés par les Couturières solidaires répondent aux normes Afnor. Ici, portés au CHS de Dinan. (Couturières solidaires 35)

Organisés en collectif grâce aux réseaux sociaux, les couturier.es et makers solidaires d’Ille-et-Vilaine fabriquent des équipements de protection individuelle, distribués en priorité aux soignants. 

Ils ne se connaissent pas. Ils ne se sont encore jamais vus. En contact grâce à Facebook, 250 citoyens anonymes sont à l’œuvre en Ille-et-Vilaine pour produire des masques et des visières de protection, sans quitter leur salon.
En trois semaines, le collectif a déjà livré gratuitement près de 2 000 masques en tissu et autant de visières.

Sur commande

À Rennes mais aussi Fougères, Saint-Malo et Redon, des groupes locaux se sont constitués spontanément aux premiers jours du confinement. Ebéniste en temps normal, Marine Paulette coordonne la mobilisation depuis Betton. « Les demandes sont centralisées via un formulaire. Nous fournissons en priorité les hôpitaux, les professionnels de santé libéraux, les EHPAD, les entreprises d’aide à domicile et les associations d’aide aux plus démunis ».
Le collectif rassemble toutes les générations, une majorité de trentenaires et de nombreux hommes, même en couture.

Les couturier.es ont choisi le patron recommandé par le ministère de la santé de Belgique, approuvé par l’AFNOR. « Il est plus simple à réaliser que le modèle du CHU de Grenoble, plus efficace, moins chaud et adapté à toutes les morphologies ». Les makers proposent la visière imprimée en 3D puis assemblée avec une feuille plastique transparente et des élastiques. 

100 masques / jour

Grâce aux réserves, aux dons et aux achats de fournitures désormais, le rythme de production atteint 100 masques et 200 visières de protection par jour. La fabrication de surblouses lavables, en coton, va démarrer. Une goutte d’eau dans l’océan des besoins ? « Déjà une petite flaque, corrige Marine. Dans l’urgence, nous pallions le manque de moyens, le temps que les industriels prennent le relais. Notre force, c’est la réactivité. Mais nous n’avons pas vocation à produire non-stop pendant trois mois ». Seul bémol, le collectif ne possède pas de dérogation officielle pour livrer ses protections. 

Olivier Brovelli

Sur Facebook : couturières solidaires Ille et Vilaine (35)
Par mail : masques35@protonmail.com 
Cagnotte solidaire sur www.leetchi.com/fr/c/50M3MXyr