L'indice de la qualité de l'air évolue

Santé et social
une station de mesure de la qualité de l'air à Rennes
Une station de mesure de la qualité de l'air à Rennes. (Photo Jeremias Gonzalez)

L'indice Atmo, qui fournit une prévision de la qualité de l'air au quotidien, a évolué le 1er janvier. Il intègre désormais de nouveaux critères, offrant ainsi une mesure plus fine. Conséquence de ce changement de mode de calcul: davantage de journées seront classées dans une qualité de l’air moyenne, dégradée voire mauvaise dans notre région. 

Ci-dessus, la carte de l'indice Atmo du jour et du lendemain.

L’indice Atmo  - indicateur prévisionnel de la qualité de l’air au quotidien - a  évolué sur plusieurs points le 1er janvier 2021:

  • il intègre  un 5ème  polluant, les particules fines PM2.5 
  • sa méthode de calcul se base désormais sur des seuils européens, plus restrictifs que précédemment
  • il permet de fournir une prévision à  l’échelle des territoires  et non plus uniquement au niveau des grandes agglomérations, apportant une information plus fine sur l’exposition de la population à la pollution de l’air.

Concrètement, ces évolutions modifient la visualisation des indices sur les cartes de prévision de qualité de l’air :

  • le code couleur défini par la nouvelle réglementation en vigueur s’étend désormais du bleu (bon) au magenta (extrêmement mauvais)
  • seul un qualificatif est associé à chacune des couleurs de l’indice

Quelles conséquences ?

Cette nouvelle graduation des échelles permet de mieux décrire la qualité de l’air mais va induire  une augmentation notable du nombre de jours avec une qualité de l’air moyenne, dégradée voire mauvaise dans notre région.  Air Breizh , association en charge du calcul de cet indice, souligne que "ceci ne résultera pas d’une dégradation de la qualité de l’air en tant que telle mais uniquement des évolutions dans la méthode de son calcul. En effet, la qualité de l’air tend au contraire à s’améliorer depuis 20 ans"