[inOut] Améliorer la mobilité grâce aux données ouvertes

Innovation et recherche
François Bodin, titulaire de la chaire "mobilité dans une ville durable"
François Bodin, titulaire de la chaire "mobilité dans une ville durable", avec l'un de ses drones (D. Gouray)

Les premiers travaux de la chaire « mobilité dans une ville durable », créée en 2016, commencent à se concrétiser. Objectif de ces travaux : s’appuyer sur l'open data pour proposer des services aux citoyens.

« Notre objectif est de travailler sur la manière dont l'open data (cf. encadré) peut aider à améliorer la mobilité dans une ville durable », explique François Bodin, enseignant-chercheur à l’Irisa, et titulaire de la chaire "mobilité dans une ville durable". Au cœur des travaux : la qualité de l’air, selon deux axes d’études. « Avec Fluxcampus, nous cherchons à modéliser les déplacements des étudiants sur le campus. Pour cela, nous collectons et traitons plusieurs jeux de données : l’emploi du temps, les validations de bus de Keolis… »

Les déplacements des étudiants vont être analysés via des drones "faits maison", équipés de 9 caméras, et qui vont stationner au-dessus de différents endroits du campus. « Nous aurons alors un état des lieux avant la mise en service de la ligne b du métro. Grâce à notre modèle, nous pourrons prévoir les conséquences des nouveaux flux de déplacements. » Un modèle qui pourra par la suite s’appliquer ailleurs. « À terme, cela donnera des outils pour, par exemple, comment améliorer la répartition des déplacements sur un territoire. »

Des données disponibles pour tous

Autre axe en cours d’études : la mesure de la qualité de l’air grâce à des capteurs placés sur les bus, un sujet étudié en collaboration avec Air Breizh et dénommé Aqmo (Air Quality and MObility). Nous avons fait le choix d’utiliser des capteurs mobiles, qui seront installés successivement dans différents bus, pour couvrir le territoire métropolitain. » Une fois analysées, les données seront mises à disposition de tous, sur le service public métropolitain de la donnée (SPMD).

« Ces données sont utiles pour la collectivité, pour aider à la décision, pour le secteur économique, pour développer de nouveaux services. Quant aux citoyens, ils ont ainsi un accès direct à des informations qui permettent de voir concrètement les bénéfices des changements de comportement, d’usages… » Plus globalement, les travaux de la chaire "Mobilité dans une ville durable", qui associe plusieurs partenaires1, « nous permet de construire les outils d’une recherche de demain tout en fournissant à Rennes Métropole des outils d’expertise", conclut François Bodin.

Monique Guéguen

À noter : l’expérimentation Aqmo sera présentée lors d’inOut, sur le village des mobilités, les 30 et 31 mars.

1. Les partenaires de la chaire "Mobilité dans une ville durable", créée à l’initiative de Rennes Métropole et de la Fondation Rennes 1 : Keolis, Enedis, Irisa, l’Istic et l’Esir.

Qu'est-ce que l'open data ?

Le terme open data, que l'on traduit par « donnée ouverte », est une pratique de publication en ligne, sous licence ouverte, qui permet un accès libre aux données et autorise leur partage et réutilisation sans conditions techniques, juridiques ou financières. Pour une collectivité comme Rennes Métropole, l'open data répond à une démarche de transparence et d'implication des citoyens.

logo inout