Des masques made in Bretagne !

Institutions et citoyenneté

C'est lancé : le 22 janvier, la Coop des masques a commencé sa production, près de Guingamp. Rennes Métropole a décidé d'entrer au capital de cette société coopérative et solidaire, qui relocalise la production des masques en Bretagne.

Comment relancer la production de masques en Bretagne ? Pour répondre à cette question, des entreprises du domaine de la santé, des collectivités locales (dont Rennes Métropole) et des citoyens ont décidé de s’unir au sein de La Coop des masques : plus de 1500 sociétaires en font aujourd'hui partie. Cette Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), créée en juin 2020, a démarré il y a quelques jours la production de masques chirurgicaux et FFP2, principalement destinés aux professionnels de la santé. Un projet qui remonte au printemps, quand la France, dépendante de la production chinoise, faisait face à une pénurie de masques.

Nous sommes très contents que les grandes agglomérations nous rejoignent et se fédèrent dans ce projet. C’est un signe fort pour retrouver notre indépendance sanitaire et économique.

Guy Hascoët, président de la Coop des masques
masques

45 millions de masques produits par an

25 000

25 000 euros d'investissement de Rennes Métropole

sociétaires

1500 sociétaires dans la SCIC

Installée à Grâces, près de Guingamp, dans les Côtes d’Armor, cette entreprise solidaire relocalise donc la production de masques en Bretagne. Les machines, en cours de prise en main par la vingtaine d’employés de la Coop des masques, permettront le produire 45 millions de masques homologués chaque année - jusqu'à 90 millions en situation de crise - ainsi que 400 tonnes du tissu filtrant entrant dans la composition des masques performants. À terme, une quarantaine d’emplois seront créés sur le site de production de Grâces.

Faire entrer Rennes Métropole au capital de la Coop des masques est une démarche collective et solidaire pour relocaliser la production de masques chirurgicaux en Bretagne, maintenir l’emploi sur le territoire et sécuriser l’approvisionnement.

Nathalie Appéré, présidente de Rennes Métropole, lors du Conseil métropolitain du 19 novembre