Des données pour rendre service

Innovation et recherche

Peut-on éviter les encombrements au restau U ou dans les bus d'un campus? Peut-on connaître la consommation énergétique de tous les bâtiments publics d'une commune pour faire des économies d'énergie? Les acteurs du Service public métropolitain de la donnée y travaillent !

Mardi 27 novembre, le Service public métropolitain de la donnée (SMPD) organisait  les secondes rencontres des acteurs du numérique.  Ils y ont présenté l'avancée des projets open data du territoire.  

Créé en 2018, par Rennes Métropole et huit partenaires, le Service public métropolitain de la donnée (SPMD) a pour mission de faciliter le partage des données d’intérêt général. Objectif ? Faire naître de nouveaux services numériques, utiles aux habitants et à la ville, au quotidien. 

Produire ces données, les exploiter de façon sécurisée et les valoriser utilement transforment les organisations. De nouveaux partenariats publics-privés voient le jour. 
 

Rencontres du Service Public Métropolitain de la Donnée #2 - 27 novembre 2018
Rencontres du Service Public Métropolitain de la Donnée #2 - 27 novembre 2018 (C. Simonato)

Sur le bâti urbain

Le projet

L’énergie est un domaine important d'expérimentation sur les données. Rennes Métropole, l’Audiar, Enédis et GRDF collaborent à la création d'un atlas de l’énergie qui permettrait une analyse fine des consommations d’énergie dans l’agglomération, sans trahir la vie privée des consommateurs. 

Pour quoi faire ?

Cette nouvelle cartographie permettrait, par exemple,  de mieux cibler les actions de rénovation énergétique des logements afin d'accélérer la transition énergétique.

Les leçons

La difficulté réside dans la maille géographique utilisée pour partager ces données : les " îlots IRIS" de l'Insee, utilisés jusqu'alors, n'étaient pas assez précis, et les données par adresse, ne permettent pas de respecter la vie privée des habitants. 

L'Audiar a donc travaillé à un découpage de la ville en îlots homogènes, selon les  caractéristiques des bâtiments, (déterminantes pour comprendre les consommations énergétiques)  : année de construction, surface, hauteur, matériaux utilisés pour la construction.. Le regroupement en îlots serait donc la clé pour  analyser les données énergétiques, tout en respectant la confidentialité des personnes. 

Ce nouveau référentiel soulève des questions. Au-delà des consommations d'électricité et de gaz, comment intègre-t-on les réseaux de chaleur ? Quelles garanties donne-t-on aux fournisseurs de données, aux citoyens ? Comment suit-on les évolutions si la composition des îlots évolue ? Et quel impact des données sociales, économiques et démographiques qui pèsent aussi sur les consommations d’énergie des foyers ? L’étude se poursuit dans le cadre du chantier Énergie du SMPD. 
 

Les ateliers du SPMD réunissent des chercheurs, des acteurs publics et privés
Les ateliers du SPMD réunissent des chercheurs, des acteurs publics et privés (C. Simonato)

Sur le campus de Beaulieu

Le projet

La mobilité des étudiants est un autre cas d’école. À l’université de Rennes 1, l’IRISA a conçu un simulateur,  Flux Campus, qui modélise les déplacements des étudiants sur le campus en croisant des données d'emploi du temps, de transport public... 

Pour quoi faire? 

Ce double numérique est bien pratique pour anticiper les pics d’affluence dans les bus ou au restaurant universitaire. 

Les leçons

Les chercheurs ont collecté les informations auprès de différents établissements, publics et privés : l’université, le Crous, Kéolis ou Air Breizh. Bilan ? « La plupart des données utiles ne sont pas ouvertes ni fermées. Mais il faut les demander puis les rendre anonymes, souligne François Bodin. On découvre de nouvelles données en cours de route qui viennent enrichir notre connaissance des mobilités ». Accéder à toutes ces données et les traiter demande donc du temps, et au final, cela représente un  coût non négligeable.

Cette expérience donne l’occasion de réfléchir à de meilleures organisations pour partager des données obtenues dans un projet précis, puis d’en faire profiter d’autres. L’idée d’une instance publique de médiation, garante juridique, technique et des bonnes pratiques, fait son chemin entre les acteurs.